Et ça critique!

La critique est un art qui se partage.Alors ici on parle musique, cinéma, BD, livres... De la nouveauté mais aussi les "oldies but goodies", les trucs méconnus ou oubliés mais surtout ce que l'on aime.


The Bling Ring / Sofia Coppola (2013)

Publié par Moup sur 1 Octobre 2013, 07:23am

Catégories : #avis, #critique, #film, #the bling ring, #sofia coppola, #emma watson, #paris hilton, #megan fox

The Bling Ring / Sofia Coppola (2013)

Et bien la seule chose qui nous a fait frissonner dans The Bling Ring c'est de savoir que, la maison filmée comme étant celle de Paris Hilton, est bien sa maison. Ce qu'on y voit et réel, et complètement surréaliste. Le reste se résume à pas grand chose. Un groupe d'ado, issus des beaux quartiers, constitué de ce qu'on pourrait appeler un looser, une ambitieuse, une party girl... qui font des braquages de maisons stars.


Pourtant la réalisatrice, Sofia Coppola, partait d'un fait divers existant et intéressant par son ambiguïté. Qui sont ces jeunes, pas dans le besoin, qui se mettent à traquer les faits et gestes de leurs idoles dans le but de se hisser dans leur demeures et, accessoirement (car on voit bien que l'idée première est plutôt de s'imprégner de leur espace vital, se mettre à leur niveau et ensuite, d'emporter quelques souvenirs à exhiber) les voler? Quels liens les unissaient?


Alors évidemment on peut y voir une critique de la jeunesse américaine. Cette même jeunesse qui idolatre les Paris Hilton, Megan Fox ou autres stars (victimes des vols) riches, plus ou moins belles et célèbres. Une jeunesse qui veut être libre de pouvoir être comme celles qu'elles suivent sur les réseaux sociaux. On pense d'ailleurs à Spring Breakers, d'Harmony Korine, dans lequel les dérives de cette jeunesse dorée sont abordés, c'est d'ailleurs tout aussi plat. On se retrouve face à un constat sans saveur servi sur une B.O inaudible (mais qui correspond parfaitement au style de l'adolescence que la réalisatrice veut nous montrer). Constat car à aucun moment on ne rentre dans les détails de la vie de ces jeunes, on se focalise sur les vols en série sans développer leurs personnalités. On ne sait rien d'eux alors qu'on aurait peut-être voulu en savoir un peu plus. Comme par exemple quand la principale membre retourne sa veste et nie tout en bloc, laissant accuser les autres.


Bref, 1h30 de constat journalistique, sans humanité (si ce n'est pour le personnage masculin de temps à autre) et dans un vacarme tonitruant. Tout était déjà dit dans le trailer...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents