Et ça critique!

La critique est un art qui se partage.Alors ici on parle musique, cinéma, BD, livres... De la nouveauté mais aussi les "oldies but goodies", les trucs méconnus ou oubliés mais surtout ce que l'on aime.


Queens Of The Stone Age / Like Clockwork (2013)

Publié par Moup sur 18 Mai 2013, 12:48pm

Catégories : #critique, #avis, #musique, #album, #qotsa, #queens of the stone age, #like clockwork, #stoner, #josh homme, #dave grohl

Queens Of The Stone Age / Like Clockwork (2013)

Au bout de six ans d'attente, le plus sexy des roux et ses Queens nous livrent enfin leur nouvel opus: Like Clockwork. Beaucoup d'intrigue et d'envie entourent cette sortie d'autant plus que l'Homme nous avait prévenu, il n'avait plus rien à prouver, il voulait faire ce qu'il avait envie et advienne que pourra.

La boîte de pandore s'ouvre sur Keep Your Eyes Peeled envoûtant à souhait. Entendre la voix suave de Josh Homme nous fait du bien, aux oreilles et à l'âme en mal de désert (2mn10). C'est lourd et empreint d'une atmosphère ponctuée de guitare au gros son stoner. Il commence fort l'Homme! Et les chœurs de Jake Shears (Scissors Sisters) sont là pour donner encore plus de profondeur à ce morceau, déjà sublime. Et puis l'ambiance s'éclaircit un peu, I Sat By The Ocean, en étant toujours fidèle à l'univers du groupe. Ah mais quel bonheur d'écouter du nouveau QOTSA!

Les collab' étaient clinquantes, on avait un peu peur du successeur d'Era Vulgaris (qu'on n'avait trouvé un poil en dessous des précédents LP) mais on avance, avec le cœur qui pétille dans Like Clockwork. Toujours à son habitude le groupe alterne les morceaux lourds et doux avec une facilité déconcertante, ne s'éloignant jamais de ce qui fait leur marque, tout en modernisant un peu l'ensemble, avec quelques touches de synthé (The Vampyre of Time and Memory). Et puis voilà, qui peut discréditer un morceau, If I Had A Tail, réunissant le duo faisant les heures de gloire de QOTSA, Nick Oliveri et Josh Homme, accompagné de Mme Homme, la fougueuse Brody Dalle (The Distillers, Spinnerette) et le jeune prodige à la voix d'or d'Arctic Monkeys, Alex Turner? ça balance grave, Giuchie, Giuchie Oh la la! Puis, le lourd refait son apparition sur My God Is The Sun, premier extrait de l'album, qu'on avait eu la joie d'entendre sur les vidéos du festival Lollapalooza Brésil, en compagnie de Jon Theodore (ex The Mars Volta et on sait de quoi les batteurs de TMV sont capables). Quant au featuring avec Trent Reznor, quoi vous dire si ce n'est que c'est de toute beauté, encore une fois parfaitement réussi; la douceur nous berce à point pour que l'on puisse se prendre un bon coup de fouet, quand il le faut.

Ceux qui se demandent encore ce que Sir Elton John fout sur cet album n'ont qu'à écouter Fairweather Friends et se rappeler que le bonhomme est quand même à la tête d'une lignée de titres qu'on peut presque tous chantonner (oui la popularité n'est pas forcément synonyme de talent mais des fois..). C'est avec trois titres sans collab' que l'on finit l'album dont le somptueux I Appear Missing, cette fois dans sa version complète de 6mn. Quant à la chanson-titre, écoutez-là.

La peur d'une possible déception concernant cet album était donc infondée, Josh Homme et ses acolytes, d'un jour et/ou de toujours, ont réussi le pari. Faire un album avec rien à prouver et qui leur sied à merveille. Parvenir à balancer des morceaux couillus mais qui peuvent aussi nous susurrer des mots doux au creux de l'oreille. Quitte à le répéter encore une fois, ça fait du bien d'écouter un album de cette trempe et long life to the Queens Of The Stone Age.

Label: Matador Records, sortie prévue le 3 juin 2013.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents