Et ça critique!

La critique est un art qui se partage.Alors ici on parle musique, cinéma, BD, livres... De la nouveauté mais aussi les "oldies but goodies", les trucs méconnus ou oubliés mais surtout ce que l'on aime.


Le Butcherettes / Sin Sin Sin(2011)

Publié par Moup sur 21 Octobre 2012, 10:47am

Catégories : #Le butcherettes, #sargent house, #orlproductions, #2011, #album, #musique, #critique, #avis

Le Butcherettes / Sin Sin Sin(2011)

La nouvelle protégée du label Sargent House se prénomme Teri Gender Bender et la voici accompagné de Lia Braswell à la batterie et du prolifique Omar Rodriguez-Lopez à la basse (quand le planning lui permet). A la fois poète et drôlement dérangée Teri Suarez, de son vrai nom, nous offre 13 chansons aux influences diverses.

Un son cru et brut, des riffs accessibles et parfois aventureux c'est comme cela que l'on pourrait résumer le son de Le Butcherettes dans son Sin, Sin, Sin autrement dit son péché. La compositrice y aborde le féminisme post-moderne, l'amour mais aussi les classes sociales, son pays(le Mexique)en alternant les cris rageurs et les phases parfaitement chantées. Menés par un synthé au son à la limite du bas de gamme, les titres s'enchainent plutôt aisément. On commence par Tonight, simple mais efficace qui en dit assez pour avoir envie de poursuivre l'écoute. Puis le fort New-York qui se fait très intéressant en session acoustique. L'étrange mais époustouflant The Leibniz Language, peut-être le morceau à retenir où la belle joue avec sa voix avec une facilité indéniable. Le tout-en-progression I'm Getting Sick Of You, des couplets presque doux pour un refrain à la guitare sale. L'instrumental Riko's Smooth Talking Mothers, le théatral Mr. Tolstoi en passant par le déroutant et court Tainted In Sin.

Album intrigant composé de titres faciles ou plus aboutis, on parvient tout de même à se laisser envouter par la voix de la Mexicaine ainsi que par son grain de folie. Elle nous entraine dans un garage rock complètement déjanté une fois sur scène(on salue d'ailleurs la première partie, faite en support de The Mars Volta, en juin 2012, à Toulouse, qui en a remise plus d'une à leur place). Encore une fois Omar Rodriguez-Lopez a su s'entourer d'un leader charismatique de talent. La question reste de savoir si ce mélange des genres pourra continuer sa route ou fera juste une apparition incisive.

Label: Sargent house/ORL productions, sortie le 10 mai 2011.

(bandcamp)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents