Et ça critique!

La critique est un art qui se partage.Alors ici on parle musique, cinéma, BD, livres... De la nouveauté mais aussi les "oldies but goodies", les trucs méconnus ou oubliés mais surtout ce que l'on aime.


Critique BD : La Splendeur Du Pingouin / Greg Hurwitz, Jason Aaron, Szymon Kudranski et Jason Pearson (2013)

Publié par SarahBuk sur 5 Août 2013, 08:41am

Catégories : #critique, #avis, #BD, #comics, #le pingouin, #batman, #gotham, #nouveauté, #2013

Critique BD : La Splendeur Du Pingouin / Greg Hurwitz, Jason Aaron, Szymon Kudranski et Jason Pearson (2013)

A Gotham City, si les méchants ont encore de beaux jours devant eux avant que les scénaristes ne s'en lassent, il en est un qu'il ne faut surtout pas négliger : Le Pingouin.

Cet homme-oiseau, sorte de parrain de la ville, est un personnage complexe et énigmatique. Cette bande dessinée revient sur les fondations de son infâme comportement face aux autres. Comment et pourquoi est-il aussi méchant?

Gregg Hurwitz nous dresse ici un double portrait : l'enfant solitaire, surprotégé par sa mère mais rejeté par le reste du monde. Il nous ferait presque de la peine, le petit Oswald Cobblepot, avec son nez crochu et sa bedaine, s'enfermant dans une solitude impénétrable pour cultiver sa haine de l’être humain. Mais l'adulte qu'il est devenu, lui, est effrayant. Difficile de ne pas se sentir mal à l'aise face à ce personnage cruel, jouant sur la terreur qu'il inspire pour régner en maître.

Loin des versions soft qu'on a pu voir ou lire ces dernières années, la cruauté du Pingouin est poussée à son paroxysme. Son portrait n'avait jamais été aussi noir et sans concessions.

Pourtant, sa carapace se fendille lors de sa rencontre avec Cassandra, une jeune femme aveugle qui ne voit en lui que le gentleman respecté et non le monstre. Est-ce que le Pingouin solitaire peut retrouver un peu d'humanité grâce à l'amour?

Un récit sombre et sans détour, sublimé par le coup de crayon dynamique de Szymon Kudranski, qui joue avec les contrastes et donne une ambiance feutrée et inquiétante à tout l'ouvrage.

Un indispensable de la collection DC, augmenté de Rira bien... le récit d'une énième tentative du Pingouin de se sentir moins seul en compagnie d'une femme, raconté par Joker en personne!

Paru aux éditions Urban Comics, en juillet 2013.

Critique BD : La Splendeur Du Pingouin / Greg Hurwitz, Jason Aaron, Szymon Kudranski et Jason Pearson (2013)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents