Et ça critique!

La critique est un art qui se partage.Alors ici on parle musique, cinéma, BD, livres... De la nouveauté mais aussi les "oldies but goodies", les trucs méconnus ou oubliés mais surtout ce que l'on aime.


Arctic Monkeys / AM (2013)

Publié par Moup sur 4 Septembre 2013, 10:10am

Catégories : #critique, #arctic monkeys, #alex turner, #josh homme, #AM, #avis, #domino records, #musique, #album

Arctic Monkeys / AM (2013)

AM est le cinquième album des Anglais de Sheffield, après un Suck It And See, qu'on a moyennement apprécié, lui préférant Humbug et Favourite Worst Nighmare; largement.

Néanmoins les singles sortis pour nous mettre l'eau à la bouche étaient convaincants.R U Mine, rock à souhait digne d'un bon vieux Balaclava. On monte le son; ouais, ils prennent en gallon à chaque album les jeunes précoces de Whatever People Say I Am, That's What I'm Not. Puis il y a eu Do I Wanna Know? qui nous rappelait le désert des QOTSA habilement mélangé à la classe fougueuse des singes de l’arctique. Y'a comme une certaine lourdeur, lascive (qui donnerait presque envie de danser comme Kate Moss dans le clip des White Stripes), qui s'envole avec une classe majestueuse lors des refrains. Retrouver la diction si particulière de Turner (plus sexy que jamais soit dit en passant), ainsi que son timbre reconnaissable entre milles, c'est plutôt cool. Et entendre Josh Homme collaborer par-ci par-là, ça nous rend toujours un peu toute chose.

On croisait vraiment les doigts pour que le reste de l'opus soit à la hauteur de ce que l'on nous promettait avec ces deux titres. Quant arrive le troisième single, Why'd You Only Call Me When You're High? (troisième et dernier titre-question de l'album, hasard ou coïncidence?), on se calme un peu, mitigé (on pense surtout que c'est un titre qui dévoile tout son potentiel au fil des écoutes) et ça nous fait un peu penser un riff présent sur un titre de l'album (ça c'est mal Alex). Mais Arabella pointe le bout de son nez et notre cœur balance à nouveau, dans le bon sens. One For The Road était sympathique mais on avoue préféré le côté couillu de morceaux tel I Want It All même si on le reconnaît, c'est peut-être parce que ce côté là nous fais irrémédiablement pensé à Ginger Elvis et ses Queens, sans pour autant renier le talent clairement présent de la bande à Turner. Il y a aussi ces morceaux à la Love Is a Laserquest qui nous donnent juste envie de vomir (n°01 Party Anthem, Mad Sounds, Snap Out Of It) trop girly-pop-briquet en l'air rattrapés par des titres un peu hybrides qui nous surprennent par leur tonalité comment dire, ambiante (Fireside, I Wanna Be Yours, qui clôt l'album d'une bien jolie façon) ou presque R n' B (Knee Socks).

Turner apportant un soin particulier aux choix de ses mots, ce n'est pas étonnant de retrouver ici la collaboration du poète John Cooper Clarke. Par ailleurs, AM n'est autre qu'un hommage à l'album VU du Velvet Underground. Turner est un grand admirateur de Lou Reed.

Arctic Monkeys, on vous aime quand vous êtes fougueux et plein de testostérone à grosse guitare mais qu'est-ce que vous êtes chiants quand vous vous faîtes mielleux. Finalement notre coeur bat au rythme de l'onde de la pochette, très élevé ou très plat.

Label: Domino Records, sortie prévue le 9 septembre 2013.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents