Et ça critique!

La critique est un art qui se partage.Alors ici on parle musique, cinéma, BD, livres... De la nouveauté mais aussi les "oldies but goodies", les trucs méconnus ou oubliés mais surtout ce que l'on aime.


Sils Maria / Olivier Assayas (2014)

Publié par SarahBuk sur 11 Septembre 2014, 08:16am

Catégories : #critique, #avis, #film, #cinéma, #sils maria, #juliette binoche, #kristen stewart, #Chloë Grace Moretz, #trailer

Sils Maria / Olivier Assayas (2014)

Maria Enders (Juliette Binoche) est une actrice reconnue dont la carrière a décollé grâce à son rôle dans la pièce Maloja Snake. A l'époque âgée de 18 ans, elle incarnait Sigrid, une jeune femme audacieuse qui séduit Helena, plus âgée, plus fragile et qui finira par se tuer par désespoir.

Des années plus tard, elle doit se glisser dans la peau de celle qu'elle a rendue folle : Helena donc. Comment passer de l'autre côté du miroir et aborder ce rôle d'une femme déjà vaincue par la vie et sur le déclin, alors même que sa vie d'actrice a déjà connu le summum de la gloire?

Une première partie d'abord, mondaine et aseptisé, où Maria, aussi célèbre soit-elle, s'ennui. Sollicitée, applaudie et enviée, l'actrice n'a plus rien à prouver.

Un deuxième acte s'ouvre sur des paysages alpins époustouflants d'esthétisme, appuyé par une bande sonore tout aussi détonante. C'est dans ce lieu paisible que l'actrice va répéter la pièce et se métamorphoser sous les yeux de Valentine (Kristen Stewart), son assistante. Elles auront des échanges complices et passionnés, créant peu à peu le trouble dans leur relation. Valentine, de son regard moderne et fasciné par la nouvelle génération, influencera Maria de plus en plus, jusqu'à devenir "sa" Sigrid.

Sils Maria, c'est aussi et surtout une révélation : Kristen Stewart. On oublie vite la Bella de Twilight pour cette Valentine, ambigu, indépendante et d'une beauté naturelle désarmante. En revanche, les faibles apparitions de Chloé Grace Moretz ne sont pas inoubliables...

Ce qu'on retiendra, c'est cette frontière difficilement palpable entre la fiction et la réalité des sentiments et des jeux d'acteur tout le long du film. Juliette Binoche, sans fard, est touchante et spontanée: Quand elle rit, on rit aussi! On ressort de la salle avec des pistes de réflexions sur l'incarnation, la jeunesse, l'identité de soi par rapport aux autres... Sils Maria est un véritable prisme, complexe et prétexte à de multiples réflexions. Une réussite.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents