Et ça critique!

La critique est un art qui se partage.Alors ici on parle musique, cinéma, BD, livres... De la nouveauté mais aussi les "oldies but goodies", les trucs méconnus ou oubliés mais surtout ce que l'on aime.


Nos étoiles contraires / Josh Boone (2014)

Publié par SarahBuk sur 30 Août 2014, 08:12am

Catégories : #critique, #avis, #film, #cinéma, #nos étoiles contraires, #josh boone, #2014, #trailer

Nos étoiles contraires / Josh Boone (2014)

Nos étoiles contraires (John Green) fait parti des romans les plus marquant qu'on ai eu à lire. Cette histoire d'amour entre deux ados, Hazel et Augustus , tous les deux atteint d'un cancer, est tout simplement bouleversante. Evidemment l'idée d'adapter ce texte en film nous a semblé être une bonne idée. Au début...

Déjà en visionnant la bande-annonce on avait tiqué. Les acteurs avaient l'air d'avoir oublié leur charisme au vestiaire. Pas totalement repoussé pour autant, on a fini par franchir les portes de notre cinéma.

Et là, grosse déception. Commençons par le fait que dans notre belle ville de La Rochelle, la diffusion était exclusivement en VF, ce qui a sans doute poussé à son paroxysme la mièvrerie des dialogues. L'acteur qui campe Augustus (Ansel Elgort) est tout droit sorti d'un pub pour Colgate et a tout de l'ado rebel qui ne sort pas des rangs, très agaçant. Autre problème : ce sont des adolescents malades et cela ne parait pas du tout, même pendant les "crises". Loin de nous l'idée de voir des personnages ultra agonisant mais la réalité de la maladie est du coup biaisé par ces deux beaux adolescents, souriants et avec le teint on ne peut plus frais.

Mais le vrai gros souci, c'est que tout le long du film on sent la grosse production américaine derrière qui nous ressort tous les bons vieux clichés d'un teenmovie digne de ce nom. C'est plein de bonne morale (fumer, c'est mal!) et ça veut absolument faire pleurer dans les chaumières (ok, on a sorti nos mouchoirs mais bien plus qu'en lisant le roman, violons oblige). On remarque aussi un passage dans la Maison d'Anne Franck qui nous a franchement mis à l'aise. L'issue tragique de l'histoire est le fil rouge, contrairement à l'oeuvre de John Green qui jouait surtout sur l'espoir et la beauté universelle d'une première vraie histoire d'amour.

Bref, on a pas craqué du tout et c'est une des adaptations les plus casse-gueule qu'on ait vu au cinéma. Un conseil : passez votre chemin.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents