Et ça critique!

La critique est un art qui se partage.Alors ici on parle musique, cinéma, BD, livres... De la nouveauté mais aussi les "oldies but goodies", les trucs méconnus ou oubliés mais surtout ce que l'on aime.


Robot Orchestra / Robot Orchest3 (2014)

Publié par Moup et SarahBuk sur 7 Janvier 2014, 10:39am

Catégories : #critique, #avis, #album, #musique, #robot orchestra, #robot orchest3

Robot Orchestra / Robot Orchest3 (2014)

Robot Orchestra, le groupe de chez nous qui monte et qui fait du bruit. Pas de la cacophonie non, mais un truc bien trempé, boursouflé de beaux moments auditifs. C'est donc avec enthousiasme qu'on attendait leur nouvel effort, Robot Orchest3, pour lequel ils ont intégré un 3ème membre: Johan Gardré.

Gasoline est le premier titre à entrer dans l'arène, et c'est ce même Gasoline qui nous mettra la puce à l'oreille. Robot Orchest3 sera clairement différent de Disorder Of Colors et de Now We Can Walk. En règle générale, on est plutôt bon public quant au désir des groupes de se renouveler et c'est bien normal. On les renierait s'ils se contentaient de nous servir la même sauce perpétuellement. Mais là, comment vous dire? On nous avait annoncé "le chant des braves" mais on n'a pas trouvé le moindre bras en l'air prêt à engager la bataille. Et ça nous rend tristes.


Cela commençait pourtant bien. Invisible Smoke instaurait un climat qui nous plaisait, une ambiance qui nous parlait. A cela s'ajoutait l'inédit du violon et tout de suite on s'est dit que cette valeur ajoutée nous comblerait à l'écoute de cet album. Et puis on a entendu la suite... Non pas que ce nouvel instrument soit de trop, mais de manière générale on n'a tout simplement pas retrouvé ce qu'on aimait; ce truc rugueux, brut. Les minutes passent mais ne nous transportent pas. Trop de chœurs bien produits, trop de mélancolie dans les violons. Pourtant on entend bien que le talent des mecs est là, y'a de chouettes moments dans ce Robot Orchest3 comme l'instru' de Crossroads qui nous fait plonger du "bon" côté obscur ou celle de Gasoline, par exemple. Par contre on a grimacé sévère sur Sunday Hangover et sur la 2ème moitié de So Many Battles. Quant à Pendule, on a préféré le Pendule de Now We Can Walk, ça c'était juicy!

Le problème de cet opus, c'est qu'on y retrouve trop de choses à la fois. Des univers qui s'entrecroisent et qui ne vont pas nécessairement ensemble. Les Robots ont mis le cap vers de nouvelles directions, délaissant les sons crades et les chants gueulés pour quelque chose de plus posé et plus sage. Ce n'est pas tellement qu'ils ne font pas honneur à leur origine, c'est qu'ils sont allé là où on ne les attendait pas, et que ça nous chamboule un peu. Mais hé, peut-être que notre oreille n'était tout simplement pas prête?


On vous en tiendra pas rigueur parce que clairement fallait quand même en avoir dans le froc' pour oser ce virage. On verra bien lors de la release, prévue le 25 janvier, si la magie opère toujours autant en live, parce que si il y a bien une chose dont on est sûr c'est que sur scène, ils sont bons les Robots!

Sortie prévue le 25 janvier 2014.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents