Et ça critique!

La critique est un art qui se partage.Alors ici on parle musique, cinéma, BD, livres... De la nouveauté mais aussi les "oldies but goodies", les trucs méconnus ou oubliés mais surtout ce que l'on aime.


La Vie D'Adèle / Abdellatif Kechiche (2013)

Publié par Moup sur 17 Décembre 2013, 20:54pm

Catégories : #film, #critique, #abdellatif kechiche, #léa seydoux, #adèle exarchopoulos, #la vie d'adèle, #julie maroh, #le bleu est une couleur chaude, #avis

La Vie D'Adèle / Abdellatif Kechiche (2013)

Si l'on enlève les polémiques, les scènes de sexe trop porn pour être vraies (et qui nous place en position de voyeur plutôt qu'autre chose) qu'est-ce qu'il reste? La poésie et la sensibilité de la bande dessinée Le Bleu Est Une Couleur Chaude. Certes la vision des choses est différente mais c'est bien le même sujet dont Abdellatif Kechiche traite dans son film.

Sur son blog (visible ici), Julie Maroh, l'auteure de la bande dessinée, nous raconte ce qu'elle a voulu retranscrire à travers ses mots et ses dessins: "...comment une rencontre se produit, comment cette histoire d’amour se construit, se déconstruit, et ce qu’il reste de l’amour éveillé ensemble, après une rupture, un deuil, une mort...". Et c'est de cela qu'il s'agit dans La Vie D'Adèle.

Quand Adèle rencontre Emma, elle est encore au lycée, pleine de doutes et de sentiments qu'elle ne sait pas comment gérer. Puis le temps fait son oeuvre et Adèle vit avec Emma, à travers les yeux d'Emma; si bien que si Emma ne la regarde plus, elle ne vit pas vraiment. Le film débute par des questionnements d'un professeur à ses élèves: qu'est-ce que le coup de foudre? Apporte-t-il quelque chose ou fait-il perdre quelque chose à celui qui en est victime? ; c'est un peu le résumé de ce qui va se passer dans la vie de la jeune lycéenne.

Le bleu. D'abord celui des cheveux d'Emma, de sa liberté d'être, de ses peintures. Puis celui des tenues d'Adèle, souvent. Le bleu comme la passion est omniprésent tout au long des 179 minutes du film (qui passe si rapidement que lorsque la fin arrive on est presque déçu, mais Kechiche aurait parlé d'une version plus longue de 40 minutes à venir...). Et c'est ce qui le rend beau est bien plus digne d'intérêt que les polémiques qui ont précédé sa sortie en salles.

Quant au travail de Kechiche, il est clairement brut (même les dialogues sont "comme à la maison", ce qui au début du film nous a un peu donné une impression de "pas fini"), parfois sale (les scènes de repas) et filmé de très près ce qui contribue à rendre les scènes de sexe dérangeantes, au-delà de la vérité ou non des actes. Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux sont justes et efficaces, dégageant chacune des émotions différentes. Et puis la B.O aussi. Peu présente, bien moins que les scènes dans lesquelles le silence se fait plus évocateur que n'importe quelle parole, mais bien choisie.

On pourrait déblatérer pendant des heures sur La Vie D'Adèle, rentrer dans les débats, disséquer chaque élément du film et leur portée symbolique, parler des clichés mais ce serait oublier le principal. La Vie D'Adèle est une jolie histoire. Le Bleu Est Une Couleur Chaude était déjà une jolie histoire. L'un n'a pas éclipsé ou trahit l'autre. Et nous, on a été touché et c'est tout ce qui compte finalement.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents